Le Mag > Tempes grises et âge d'or

Tempes grises et âge d'or

01/05/2017
La limite d’âge entre actifs et inactifs devient de plus en plus aléatoire car nombre de retraités restent longtemps dynamiques et créateurs. Leurs différents profils offrent de vastes possibilités dans l’économie moderne. Aujourd’hui, les retraités ne se contentent pas de subir le passage du temps. Ils sont de vrais moteurs de croissance en même temps que des acteurs essentiels de la vie sociale.

Le terme baby boomer, selon l’INED (Institut national d’études démographiques), se réfère à la génération issue de l’augmentation de la natalité après 1945, laquelle a duré en France jusqu’au milieu des années 70. Les baby boomers ont actuellement entre 42 ans et 72 ans. Au nombre de 12 millions, les papy boomers (les deux sexes confondus) sont imprégnés d’idéologies de progrès et de liberté. Ils ont connu la France des « Trente Glorieuses », de manière inégale, selon leur âge notamment. Loin de constituer une population homogène, les baby boomers les plus âgés ont eu 60 ans en 2005 et les plus jeunes auront 60 ans vers le milieu des années 2030. Ces derniers sont qualifiés de « quincados » (contraction de ?« quinquagénaires » et « adolescents ») par les sociologues en raison de leur comportement en termes de choix de vie et de consommation.
Les baby boomers constituent une véritable  génération « pivot », pris entre leurs enfants, voire petits-enfants, et leurs propres parents. Ils se seront occupés de leurs parents et grands-parents qu’ils ont vu vieillir, et se montrent d’autant plus soucieux de leurs droits et de leur confort. Les  valeurs qui les animent sont celles de mai 68, au nombre desquelles liberté, authenticité, rébellion, nostalgie, lesquelles influencent leurs choix de vie et de consommation. Plus aptes à utiliser les nouvelles technologies, ils s’avèrent  plus sensibles à un diagnostic « habitat » précoce, et capables à 75 ans de choisir une nouvelle demeure pour mieux vivre leurs dernières années. Aujourd’hui, les Français aspirent en effet à vieillir chez eux, ce qui implique l’adaptation des logements, de la ville, des transports et le développement de la domotique.
On note une baisse de revenu au début de la retraite. A 85 ans, seul 1 senior sur 5 est néanmoins bénéficiaire de l’allocation pour l’autonomie (APA). Ce sont sans surprise les seniors actifs qui dépensent le plus. Le niveau de revenu des retraités en couple en particulier est non négligeable, car les femmes disposent désormais de leurs propres retraites, même si celles-ci tendent à être inférieures à celles des hommes.

Michèle Larchez
Commentaires
Aucun commentaire
Publier un commentaire


Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive


Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Tous les champs sont requis.  * ne sera pas publié.