Le Mag > Romans repart du bon pied

Romans repart du bon pied

01/12/2017
Capitale sinistrée de la chaussure, la commune de Romans a failli perdre pied. Quand le dernier chausseur a fermé son usine, la ville a sombré dans un chômage record. Jusqu'à une imprévisible renaissance en 2010. Après les délocalisations en chaîne, quelques ouvriers se retrouvent sur le chemin d'un nouvel âge d'or.

A Romans-sur-Isère, dans la Drôme, les cordonniers ne sont pas toujours les plus mal chaussés. Depuis 2010, ils disposent d’une usine, en plein cœur de la zone industrielle. C’est en homme « fier de faire de la chaussure » que Bernard Dorel porte ses mocassins sans fioriture, intemporels, estampillés Made in Romans. Comme chacune des 4 500 paires qui sortent chaque année de l’atelier, cet homme aux mains tannées a monté la sienne « avec fierté ». Depuis près de cinquante ans, il assemble des chaussures. « Autant que ma machine », remarque-t-il. Mais si Bernard Dorel a toujours réussi à vivre de sa passion, il a aussi eu son lot d'années noires.

Il n'y a pas que les machines qui reviennent de loin. L'atelier de la marque Made in Romans emploie d'anciens héros locaux. Quand leur usine a fermé en 2005, ils croyaient avoir perdu la guerre des emplois. « Je travaillais chez Kélian, confie le monteur, une semelle à la main. Je me suis retrouvé au chômage et cela m'a causé de gros problèmes de santé. J'ai essayé autre chose, mais il n'y avait que ça pour moi : la chaussure. » Dans le bassin romanais, c'est une tradition qui remonte à plus de 150 ans. Bernard se souvient avec nostalgie des années 1980, l'âge d'or de Romans-sur-Isère, où plus de la moitié des habitants vivait de l'industrie du cuir. Jusqu’en 2007, où la dernière usine a fermé.

Damien Desbordes
Commentaires
Aucun commentaire
Publier un commentaire


Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive


Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Tous les champs sont requis.  * ne sera pas publié.
 

Le mag

Parfums de roses 01/12/2017
Cherchez la faute 01/12/2017
En ce moment
Cliquez pour découvrir la nouvelle édition
RENDEZ-VOUS A TOULOUSE EN JANVIER 2018