Le Mag > Parfums de roses

Parfums de roses

01/12/2017
Une étude réalisée par des laboratoires universitaires de la région lyonnaise avait pour but de soutenir ses rosiéristes qui produisent la moitié des roses françaises et signent la moitié des créations variétales européennes. Ces rosiéristes sont confrontés à la délocalisation de cette culture vers des pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. La création de roses parfumées pourrait leur apporter quelques avantages face à leur concurrence.

Une étude a expliqué pourquoi le parfum a été perdu chez les rosiers modernes pour fleurs coupées : les caractères sélectionnés étaient tellement nombreux (formes et couleurs des fleurs, fleur unique sur chaque tige, durée en vase, etc.) que le parfum n’avait pas été suffisamment pris en compte, contrairement au cas des rosiers arbustifs plus faciles à créer. Il est à noter que l’entreprise Delbard affiche son objectif de sélectionner le parfum dans ses nouvelles créations.

Pendant longtemps (jusqu’au début du XXe siècle), on avait ignoré les lois de transmission héréditaire biologique de Mendel de la génétique ; ainsi, Vibert et d’autres horticulteurs décrivaient l’organisation de roseraies comme parfaitement « logique » de façon à permettre les pollinisations entre espèces voisines, assurées par les abeilles et papillons à la recherche de nectar parfumé. Dans le même temps, les sélectionneurs modernes assurent la pollinisation manuellement des fleurs émasculées, puis les protègent de pollinisations ultérieures par des sachets en papier.

Philippe Heizmann
Commentaires
Aucun commentaire
Publier un commentaire


Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive


Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.


Tous les champs sont requis.  * ne sera pas publié.
 
En ce moment
Cliquez pour découvrir la nouvelle édition
RENDEZ-VOUS A TOULOUSE EN JANVIER 2018